En fait tout à commencer avec une légende amérindienne…, le 5ème rêve!, Et pour moi avec cette découverte lors des 24 heures de méditation…

Posted by admin on July 31, 2017
Uncategorized / 1 Comment

En fait tout à commencer avec une légende amérindienne…
le 5ème rêve!
Et pour moi avec cette découverte lors des 24 heures de méditation pour les océans…
« Au début, le Grand Esprit dormait dans le rien.
Son sommeil durait depuis l’éternité.
Et puis soudain, nul ne sait pourquoi, dans la nuit, il fit un rêve.
En lui gonfla un immense désir…

Une première exposition temporaire pour le sommet de l’ASEAN

Posted by admin on July 27, 2017
Uncategorized / No Comments
Il s’agit de la première exposition temporaire réalisée au musée en décembre 98, un an après son ouverture. Conçue avec l’équipe de conservateurs du musée et financée par le Conseil Régional d’Ile-de-France et la Fondation Ford, son thème, « Traditions partagées – l’art décoratif des groupes linguistiques thaï et austronésiens du Vietnam », présente les points communs entre certaines minorités du Vietnam et les peuples des autres pays de l’ASEAN (Le Laos, la Thaïlande parlent une langue thaï, la Malaisie, l’Indonésie et les Philippines une langue austronésienne).
 
L’impact de cette exposition visitée par les délégations officielles dont celle des femmes des chefs d’Etats des pays de l’ASEAN, comme son retentissement dans la presse, ont montré aux responsables vietnamiens l’importance et la « visibilité » culturelle et politique d’un musée.
 
L’Asie du Sud-Est est un de plus beaux lieux à voir dans le monde. Venez découvrir cet belle endroit lors d’un 10 jours au cambodge
 
Pour avoir plus d’informations sur un voyage en Asie du Sud-Est, veuillez visiter le site: https://voyage-vietnam.asia/circuit-impeccable-a-angkor-5-jours-4-nuits-t425.html
 
 

Souvent, un livre en appelle un autre

Posted by admin on July 24, 2017
Uncategorized / 10 Comments

Souvent, un livre en appelle un autre. Ainsi, dans les dernières pages de “Danube”, un portrait enthousiaste d’un écrivain que je ne connaissais pas, aventurier et prosateur originaire de la ville roumaine de Braïla, , écrivant en français, découvert par Romain Rolland dans les années 20 : Panaït Israti.
En quelques jours, J’ai dévoré “Mes départs”, Kyra Kyralina, présentation des Haïdoucs…
Franchement, il faut le lire : des récits d’errance aventureuse sur les chemins de l’Europe orientale (et de l’orient tout court), un talent de conteur extraordinaire, une langue somptueuse.

Dans un entretien accordé à Ouest France par le Président de la République le 12 juillet dernier, celui-ci déclare «nous basculerons en 2018…

Posted by admin on July 24, 2017
Uncategorized / 15 Comments

Dans un entretien accordé à Ouest France par le Président de la République le 12 juillet dernier, celui-ci déclare «nous basculerons en 2018 les cotisations sociales, salariales ET patronales, maladie et chômage, vers la CSG».
C’est la première fois que l’idée – et même le projet – de transférer tout ou partie des cotisations patronales maladie et chômage sur la CSG est évoquée. Jusqu’à présent, seules les cotisations salariales étaient concernées par l’engagement présidentiel.
Si un tel transfert de cotisations patronales sur la CSG devait être mis en oeuvre, sa hausse dépasserait les 1,7 points annoncés ; et pourrait représenter, vu les sommes en jeu (les cotisations patronales maladie et chômage s’élèvent à plus de 100 milliards d’euros), une ponction considérable sur le pouvoir d’achat des Français.
Soit Macron s’est trompé dans des annonces, et il faut que le gouvernement rectifie tres vite. Soit c’est effectivement le projet, et là on passe dans une autre dimension.

Illuminé par cette interview lue un lundi matin !, Cette generation ne le sait pas encore, mais elle peut batir les fondations du capitalisme…

Posted by admin on July 24, 2017
Uncategorized / 2 Comments

Illuminé par cette interview lue un lundi matin !
Cette generation ne le sait pas encore, mais elle peut batir les fondations du capitalisme territorial, local et ecologique dont nous avons besoin pour effacer les exces de la mondialisation et de la standardisation.
Premiers de la classe, allez y, foutez nous le bordel !
Matthieu Gailly precurseur. Javier Sanchez Medina igual .
Qui sera le prochain ?

Je realise depuis quelques jours (et essaie de propager cette croyance optimiste !) que la France ou du moins Paris est probablement au debut de 10…

Posted by admin on July 24, 2017
Uncategorized / 4 Comments

Je realise depuis quelques jours (et essaie de propager cette croyance optimiste !) que la France ou du moins Paris est probablement au debut de 10 annees de boom economique, social et culturel.
Le Brexit, les probables 8 ans de Trump, l emergence d un monde multipolaire assumé, la demographie tricolore, le renouvellement politique, le Grand Paris, les JO, l Expo Universelle, la politique experimentale d Hidalgo et des reformes (liberant les innovations et les entrepreneurs) qui finiront par passer, sont les marqueurs de ce golden age dont nous devons tous profiter pour retrouver notre liberte et notre envie de sauver le monde.
La grandeur française est reelle et utile quand elle est mise au service des revolutions dont la planete a besoin !

A la veille de mes vacances , je mesure à quel point cette année a été intense , constructive et généreuse ! Quel magnifique choix j’ai fait il…

Posted by admin on July 24, 2017
Uncategorized / 10 Comments

A la veille de mes vacances , je mesure à quel point cette année a été intense , constructive et généreuse ! Quel magnifique choix j’ai fait il y a 4 ans d’oser changer de chemin . Merci à tous ceux qui m’on fait confiance , que j’accompagne et qui m’accompagnent :)
Je vous retrouve à partir du 24 Août Enrichie de ce merveilleux outil qu’est l’hypnose.
Profitez bien de ces doux moments d’été .. De mon côté , j’ai un beau projet qui m’attends: une maison à construire !
Crédit photo mathou

Voici donc la dernière trouvaille de Macron : Le « LDD » pour logement à durée déterminée

Posted by admin on July 23, 2017
Uncategorized / 1 Comment

Voici donc la dernière trouvaille de Macron : Le « LDD » pour logement à durée déterminée. Une proposition qui précarise un peu plus les travailleurs en CDD et intérim, mais qui marginalise aussi les quelques 6 millions de chômeurs, qui verront les possibilités de se loger devenir encore plus difficiles.

La littérature et la condition animale, Une émission très émouvante de Répliques, ce matin :, https://www

Posted by admin on July 23, 2017
Uncategorized / 15 Comments

La littérature et la condition animale
Une émission très émouvante de Répliques, ce matin :
https://www.franceculture.fr/…/la-litterature-et-la-conditi…
On y évoque les “bêtes noires”, l’asservissement des animaux par les hommes, la violence débridée, le miroir que tendent aux hommes la torture et le massacre quotidien des animaux pour finalement les manger ou les jeter, la peur panique ressentie par les animaux d’élevage industriel à la vue du soleil inconnu, la violence quotidienne des bâtiments d’engraissage avec les hurlements de bêtes, les violences sonores, violences olfactives, violences primitives décuplées par l’industrie marchande, productiviste, technique, fonctionnelle, la “production animale” (nom donné au massacre permanent), la description d’une porcherie, cette « structure », souvent cachée dans une zone industrielle, aux odeurs chimiques émanant des tuyaux de la soupe, la protection méticuleuse des animaux (devenus extraordinairement fragiles) pour pénétrer dans « l’outil » (l’abattoir) , le vocabulaire technique, insensible, gestionnaire, comptable, qui dissimule la réalité de la mort et de la violence, cet œil animal éperdument tendu vers vous parfois croisé au milieu de 250 bêtes (nombre énorme, très inhabituel) au garde-à-vous de peur à votre entrée, les couloirs avec la musique de variétés jouée à la radio et mélangée aux hurlements des bêtes, bêtes sans nom, sans existence propre, numérotées, chosifiées pour être torturées puis assassinées sans remord, une ville de milliers d’animaux, segmentée en bâtiments intitulés fallacieusement « maternité et soins au petits » (!) pour désigner, d’une part l’enfermement à vie des truies dans des cages de fer, condition infernale sans le moindre espace pour bouger (soi-disant pour protéger leurs petits parce que les mères deviennent évidemment toutes folles de douleur), et d’autre part pour désigner le broyage des dents et la castration des bébés (!), les personnels qui doivent « se blinder » pour survivre, la déportation des bébés de la « maternité » vers le « sevrage » puis « l’engraissement » (où ils seront gavés) puis le « quai d’embarquement » et puis « l’abattoir » ; « les hommes et les femmes séparés » (parce que mâles et femelles n’ont pas le même rythme pour manger et que les séparer est plus rentable), entassés par groupes de 40 ; la description de ces autres élevages, plus petits, labellisés « bio », non pas par conviction mais par souci du gain financier, la spécialisation des tâches entre celui qui est à la tuerie qui n’est pas celui qui est au découpage, la question essentielle de la souffrance, le rappel de la question centrale de Jeremy Bentham : « la question n’est pas de savoir s’il peuvent raisonner ou parler, mais l’important est de savoir s’ils peuvent souffrir », la zootechnie et la « modernité » qui ont pris Descartes au mot et qui travaillent avec des « animaux-machines », la permanence et la continuité désespérantes entre l’élevage d’autrefois et l’élevage industriel, la seule issue à la souffrance animale qui est, pour les hommes, de cesser de manger de la viande avec donc comme conséquence probable l’extinction de l’animal d’élevage et peut-être même la fin de la paysannerie , l’effort pour imaginer un monde dans lequel l’homme ne dominerait pas l’animal, le fait que 90% des animaux d’élevage ne voient jamais la lumière du jour, la nécessaire et souhaitable disparition de l’espèce des animaux d’élevage devenus complètement « débiles », incapables de se défendre seuls dans la nature, la destruction complète de la figure protectrice du « bon pasteur », le parallèle avec la terre et aussi avec nos propres esprits qu’on met aussi « sous contrainte de structure de production intensive », l’indécence éthique qu’il y a à gaspiller 15 500 litres d’eau pour « fabriquer » un seul bœuf pendant que plus d’un milliard d’humains manquent affreusement d’eau, la nécessité parfois d’un mouvement très radical pour trouver un nouvel équilibre (finalement moins extrême), les différences qui n’en sont pas dans l’abattage local (toujours à la chaîne) plutôt que centralisé, « l’empathie abstraite » des militants eux-mêmes « hors-sol », citadins qui n’ont jamais côtoyé les animaux et dont la mort leur fait horreur et qui tirent peut-être trop vite un trait sur 10 000 ans d’histoire entre hommes et bêtes, la trop commode construction de l’esprit qui consiste à parler d’animaux « en accord » avec les humains (est-ce qu’ils sont « en accord » avec leur exploitation et avec leur massacre ?) ou dire qu’on doit « tuer dignement » (impossibilité absolue), la folie affreuse qui s’empare des pauvres truies désanimalisées de mille façons et à qui l’on donne des « calmants », le premier roman de la truie « Marina » à qui on donne un nom (fait rarissime qui fait déraper toute la machine de mort) et qui s’échappe de sa prison après avoir tué tous ses petits pour les sauver de leur sort atroce, l’autre roman de « la bête » qui elle aussi s’échappe et retrouve en forêt ses attributs d’animal sauvage, l’importance du regard porté par l’éleveur qui peut le changer en profondeur s’il advient seulement qu’il établit un lien, un seul lien, avec un animal, les larmes qui ne sont pas le propre de l’homme, le « regard liquide » des truies et même la fonte des muscles en eau dans l’épouvante avant de mourir, l’avis de Lucrèce sur les larmes de la mère du veau sacrifié, la segmentation et la mise à mort industrielle qui nous insensibilise tous et qui interdit la conscientisation des bourreaux, le cochon qui, physiologiquement, ne peut pas lever la tête, ce qui fait qu’il faut se baisser soi-même pour rencontrer son regard, toujours très expressif et bouleversant…
Toute cette heure est poignante, comme la plupart de celles qui visent à défendre nos amis les bêtes, que nous « aimons » de façon si cruelle. Je m’en veux chaque fois davantage de n’être pas encore devenu végétarien. Ça viendra, évidemment.
Les animaux devraient-ils faire partie du peuple ?
Tout ça suscite par ailleurs mille réflexions complémentaires sur notre propre regard sur les humains qui souffrent partout sur terre, et sur les malheurs indicibles qui les accablent tous les jours pour notre confort, ici dans les pays « riches ».
Étienne.

Paul Craig Roberts : « WASHINGTON : SEIZE ANS DE GUERRE

Posted by admin on July 23, 2017
Uncategorized / 25 Comments

Paul Craig Roberts : « WASHINGTON : SEIZE ANS DE GUERRE. POURQUOI ? Les États-Unis donnent à Israël chaque année suffisamment d’argent pour acheter notre gouvernement. Et Israël achète notre gouvernement. Le gouvernement américain est beaucoup plus redevable envers Israël qu’envers le peuple américain. »
Une nouvelle puissante illustration de la nullité absolue du faux « suffrage universel » (élire nos maîtres au lieu de voter nos lois) — du point de vue du bien commun et de la paix.
Comme nous, les Américains n’ont pas de constitution et pas de représentants. Comme nous, ils sont gouvernés EN FAIT par les étrangers les plus riches, les plus menteurs, les plus menaçants et les plus retors.
Et, un jour ou l’autre, faute d’avoir été vigilants à l’égard des pouvoirs, faute d’avoir su devenir nombreux constituants à temps, nous nous ferons enfermer dans les prisons et assassiner par les armes fabriquées et utilisées avec nos propres impôts.
Je soumets à votre jugement ce court article de Paul Craig Roberts, traduit par le SakerFrancophone, très bon site de désintoxication médiatique.
Étienne.